jeudi 17 décembre 2015

La très bonne nouvelle du jour d’hier (pour ceux qui ne sont pas sur facebook et qui me suivent ici):


Une Plume Ronde (Editions les Minots, Mélanie Desplanches aux pinceaux) est pré-sélectionnée pour le Prix des incorruptibles!!! 

Oh! la!la! déjà ça c’est super! Grosse émotions, joues roses et compagnie...
Plume est heureuse, je m’envole avec elle :)

Des sourires légers les amis!! 

lundi 14 décembre 2015

mercredi 9 décembre 2015

Il y a 2 jours, très émue, j’annonçais à mon homme et mes enfants, que moi si j’étais présidente, et bien sûr s’il était d’accord, je choisirais Pierre Rabhi en tant que premier ministre... 
et que si elle était encore de ce monde, je demanderais à Maria Montessori de s’occuper de l’Education... 
puis dans un élan de rêve et de folie, j’ai rajouté que j’aurais aussi nommé Augustin Trappenard à la Culture...
Je sais je vis en rêve-publique.

Merci beaucoup Augustin pour ce matin... 





Le petit colibri qui fait sa part est le plus beau des oiseaux,

lundi 7 décembre 2015

Montreuil cette année:









Des sourires, des couleurs, des livres, des Plumes, des paillettes et des étoiles, des grignotages, des papotages, des émotions, des rires et de la bonne humeur, des rencontres, des enfants et des plus grands, parfois très touchants, puis des heures plus tard, de la fatigue et du bruit un peu aussi. Mais du plaisir toujours!
C’était mon salon du livre et de la jeunesse 2015 chez les Minots aux côtés d’Angéline Chusseau (éditrice), de Mélanie Desplanches et de toutes les talentueuses illustratrices et auteurs des très beaux livres des Minots! clic pour voir le chouette catalogue!

Bref, comme l’a si bien écrit Picasso...


Des bises colorées!

jeudi 3 décembre 2015

Coucou!

Alors voilà, on y est.

Le grand salon du livre jeunesse a ouvert grand ses portes hier.

Je m’y suis rendue l’année dernière pour la balade, j’ai arpenté les allées, fait de belles rencontres, et de très chouettes découvertes livresques.

Cette année, j’ai le grand plaisir de pouvoir m’y rendre en tant qu’auteur Grâce aux Minots et à Angéline Chusseau, mon éditrice. 

Vous pourrez donc m’y retrouver samedi après-midi pour un coucou, une dédicace, un papotage, un sourire. 
Et Dimanche dès 10h30 aux côtés de Mélanie Desplanches et de Plume!!
Au fait, je ne vous ai pas dit? Une Plume ronde s’est très très bien vendue... Elle a été réimprimée pour l'occasion ;) 



Heureuse!
Des bises, joyeux weekend!

mardi 1 décembre 2015

Regarde ce que m’a fait ma chouette petite maman pour mes cartes de visites et ma photo de profil fb... 
C’est tout doux, c’est Palina!

 

Merci merci! ♡

lundi 16 novembre 2015


Après demain, cheveux au vent.

Après demain, le cœur en miettes, tu sortiras de nouveau ton petit vélo.
Tu essaieras de recoller les morceaux.

Cheveux au vent, tu iras doucement sur les chemins.
Tu arpenteras la ville prudemment, tu parcourras les champs.

Puis, tu souriras au soleil, aux arbres et aux géants.
Tu pédaleras en rythme, l’air sera plus léger.

Alors tu zigzagueras avec tes amis sur les sentiers.
A toute allure. Joyeusement.

Après demain, le nez au vent, tu conduiras de nouveau ton petit vélo.
Le coeur un peu déchiré.

Mais n’oublie pas... personne ne t’empêchera jamais de chanter, de rire, de respirer, de rêver. Et d’aimer à outrance ta liberté.



Je ne sais pas de qui est cette illustration, mais j’ai trouvé l’image très belle....

Prenez soin de vous.

jeudi 12 novembre 2015

La foire aux tandems est ouverte: allons jeter un oeil chez Juliette!

A pied ou à vélo, on embarque! Regarde ces petits bouts choisis comme ils sont beaux!






PsssT... j’y ai mis un extrait de texte aussi ;)
par ici!

vendredi 30 octobre 2015

Hé... Approche!

J’ai quelque chose à te dire...

Un deuxième bébé de papier va bientôt voir le jour!!!

Alice de Page est en train de le mettre en couleurs (clic pour voir son univers).

Et c’est la très belle maison Gautier Languereau qui va le publier.

Il va être beau, tout en douceur, plein de rêves, de tendresse et de couleurs... 

J’ai hâte de pouvoir t’en montrer un petit bout!
Sortie prévue: Janvier, tout début d’année!

J’ai des sourires au coin des yeux et des étoiles plein la tête, mais j’ai aussi une folle envie de faire le tour de la terre en Hula-Hoop et triple salto arrière!!!



Allez... je retourne sur mon nuage!





lundi 26 octobre 2015

Voici venu l’automne, ses jolies feuilles, ses couleurs et ses foires.

Et pour célébrer ça: Un tandem débarque chez la très chouette Juliette!
C’est par et ça se passe presque... à bicyclette! 


                                                     Foire aux tandems!
Prépare ton vélo stylo!

Allez! Hop...Hop...Hop...

jeudi 3 septembre 2015

Coucou c’est la rentrée!

Après une pause estivale, me revoici avec les graines d’idées d’Alice (j’ai du boulot à rattraper!)

100 graines d'idées #41: et si vous écriviez une histoire de moitié ?



Moitié est le fruit d’une division.
Simple calcul mathématique :
Entier divisé par deux
Donne deux moitiés identiques.

Moitié habite au milieu
Se lève à midi,
Et se couche à minuit.

Elle est à la moitié de sa vie.
Travaille à mi-chemin,
Rêve à mi-temps
Et rit mi-figue, mi-raisin.

Moitié en a assez
D’être toujours comparée
Depuis qu’elle est née.

Entier lui, ne fait pas de cas,
Il ne parle que de lui
Entier par-ci, Entier par-là,
Et fier, répète à tout va
Que lui, les choses à moitié, 
Il ne les fait pas !

Moitié pourrait bien se consoler
D’avoir une sœur jumelle
Mais est-ce sa faute à elle
Si elle n’est qu’un morceau,
Un fragment, une parcelle ?

Un jour, à moitié désespérée,
Elle abandonne le Milieu,
Quittant Entier sans un adieu.
Il en est tout déboussolé le malheureux!

Il perd ses repères,
Son cadre et ses jalons
Sans sa moitié, il n’est plus le même.
Fini les beaux galons !

Alors, éperdument, il court la chercher
Et lui dit tout essoufflé :
« Reste ! Sans moitié je ne suis Rien,
Deux comme toi valent bien mieux qu’un! »

jeudi 30 juillet 2015

100 graines d'idées #40 chez Alice : 2 personnages + 1 histoire + 1 morale = 



La grosse vache et la sauterelle

Toute seule, à la moitié de son pré,
Une grosse vache bien usée,
Ruminait toute la journée,
Jalousant la sauterelle, sa voisine de palier.

Elle répétait à tout-va
Que la sauterelle était folle,
Et que cette vilaine bestiole
Avait voulu l’empoisonner maintes fois.

Dodelinant du derrière
La grosse vache s’en allait altière
Pleurer auprès de son fermier
Qui l’écoutait placidement se lamenter.

La sauterelle me harcèle !
Elle a encore gigué toute la nuit
Sur mes plates-bandes fleuries.
Mais pour qui se prend-elle ?

La sauterelle avait beau nier,
Prétexter que la vache fabulait
Qu’elle inventait moult couplets,
Chaque fois, la pauvre était sermonnée,
Sans autre forme de procès.

Il en fut ainsi des mois, des années.
La grosse vache ruminait,
La sauterelle dépérissait,
Et de désespoir envisagea même de quitter son bout de pré.

C’était sans compter sur la durée.
La grosse vache connut un beau jour
De la manivelle le fameux retour
Qui manifestement allait tout changer.

De ses jérémiades le fermier en eut plus qu’assez.
Lassé de ses pleurnicheries
Il quitta finalement sa grosse vache usée
Non content du tort qu’il lui fit,
Il en trouva vite une autre pour la remplacer.

Il a depuis la vie belle
Et chante sans détour.
La sauterelle quant à elle
Vit enfin de beaux jours.


Quelle chose par là peut nous être enseignée ?
J’en vois deux, dont l’une est qu’il vaut mieux
Regarder son jardin que celui de son voisin ;
L’autre, que celle qui cherche d’un peu trop près la sauterelle
Se méfie toujours du méchant retour de manivelle.

mercredi 29 juillet 2015

100 graines d'idées #38: Racontez-moi votre tout premier souvenir ?

ouhhhh....


Mes tout premiers souvenirs (sans tricher)
Plus j’essaie de les attraper, plus ils s’éloignent.

C’est flou.
Il y en a plusieurs. Un mélange de couleurs et d’images.
Il y a le vernis à ongles rouge d’Albert, qu’il avait amené pendant la sieste.
Il y a le « Saperlipopette ! » de Marie-Thérèse en colère lorsqu’elle nous a découverts au lever tout peinturlurés.
Il y a 2 cygnes : un Pipo et une Caroline auxquels on allait donnait du pain avec ce papi italien qui roulait les R à en faire trrrembler la terre.
Il y a cette robe rose à fleurs bleues que je ne quittais jamais, et ces grands champs verts que je traversais.
Il y a la nappe rouge à carreaux pour les pique-niques improvisés.
Et la glacière orange et blanc.
Il y a l’araignée collée au plafond quand j’étais en haut dans les lits superposés.
Il y a la lune qui me suivait les longues nuits de voyages.
C’est flou.
Il y en a plusieurs. Un mélange d’images et de couleurs.